La Banque du Canada laisse inchangé le taux cible du financement à un jour à 1¾ %

La Banque du Canada a annoncé aujourd’hui qu’elle maintient le taux cible du financement à un jour à 1¾ %. Le taux officiel d’escompte demeure donc à 2 %, et le taux de rémunération des dépôts, à 1½ %.

La croissance économique mondiale a ralenti davantage que la Banque le prévoyait dans le Rapport sur la politique monétaire (RPM) de janvier. L’incertitude persistante liée aux conflits commerciaux a miné la confiance des entreprises et l’activité, ce qui a contribué à un ralentissement simultané dans un grand nombre de pays. De nombreuses banques centrales ont réagi en signalant un rythme plus lent de normalisation de leur politique monétaire. En conséquence, les conditions financières et la confiance des marchés se sont améliorées, ce qui a poussé les prix du pétrole et d’autres produits de base à la hausse.

L’activité économique mondiale devrait se redresser au cours de 2019 et se chiffrer à 3¼ % en moyenne sur la période de projection, à la faveur des conditions financières expansionnistes et du fait qu’un certain nombre de facteurs temporaires pesant sur la croissance s’estomperont. Cette prévision cadre essentiellement avec le potentiel de l’économie mondiale et une modeste révision à la baisse de la projection de janvier de la Banque.

Au Canada, on s’attend maintenant à ce que la croissance au premier semestre de 2019 soit plus lente qu’escompté en janvier. La baisse des prix du pétrole survenue l’an dernier et les contraintes de transport persistantes ont freiné les investissements et les exportations dans le secteur de l’énergie. Les investissements et les exportations à l’extérieur de ce secteur, pour leur part, ont souffert de l’incertitude entourant les politiques commerciales et du ralentissement de l’économie mondiale. Le logement et la consommation plus faibles que prévu ont aussi contribué à une croissance plus lente.

La Banque s’attend à ce que la croissance se redresse, à partir du deuxième trimestre de cette année. L’activité sur le marché du logement devrait se stabiliser, étant donné les gains démographiques continus, la diminution des effets des changements passés aux politiques de logement et l’amélioration des conditions financières mondiales. La consommation sera soutenue par la forte croissance du revenu d’emploi. À l’extérieur du secteur pétrolier et gazier, les investissements seront favorisés par les taux élevés d’utilisation des capacités, et les exportations augmenteront de pair avec le raffermissement de la demande mondiale. Parallèlement, la contribution des dépenses publiques à la croissance a été revue à la baisse à la lumière du nouveau budget de l’Ontario.

Dans l’ensemble, la Banque prévoit une croissance du PIB réel de 1,2 % en 2019 et d’environ 2 % en 2020 et en 2021. Cette prévision implique un modeste élargissement de l’écart de production, qui se résorbera au cours de la période de projection.

L’inflation mesurée par l’IPC et les mesures de l’inflation fondamentale se situent toutes près de 2 %. L’inflation mesurée par l’IPC va probablement baisser légèrement au troisième trimestre, en raison surtout de la dynamique des prix de l’essence, avant de retourner aux alentours de 2 % vers la fin de l’année. Compte tenu des effets de la nouvelle redevance sur la pollution par le carbone, ainsi que de la modeste marge de capacités excédentaires, la Banque s’attend à ce que l’inflation se maintienne autour de 2 % tout au long de 2020 et de 2021.

Compte tenu de l’ensemble de ces évolutions, le Conseil de direction juge qu’un taux directeur expansionniste demeure justifié. Nous continuerons d’évaluer le degré approprié de la détente monétaire à mesure que les nouvelles données seront disponibles. En particulier, nous suivons l’évolution des dépenses des ménages, des marchés pétroliers et des politiques commerciales mondiales afin de jauger la mesure dans laquelle les facteurs qui pèsent sur la croissance et les perspectives d’inflation se dissipent.

Note d’information

La prochaine date d’établissement du taux cible du financement à un jour est le 29 mai 2019. La nouvelle projection pour l’économie et l’inflation ainsi qu’une analyse des risques connexes seront publiées dans le RPM que la Banque fera paraître le 10 juillet 2019.

POUR DIFFUSION IMMÉDIATE
Relations avec les médias
613 782-8782
Ottawa (Ontario)
24 avril 2019

Poloz sur le commerce : le secteur des services brille au pays

Bien que les différends commerciaux internationaux contribuent au ralentissement des exportations et des investissements des entreprises, la création d’emplois et les revenus augmentent. C’est tout particulièrement le cas dans le secteur des services, qui connaît une croissance rapide au pays. Dans un discours prononcé à Iqaluit, le gouverneur Poloz discute des implications pour le Canada.

La Banque du Canada s’associe à la Fondation canadienne d’éducation économique pour lancer un site Web

OTTAWA (ONTARIO) — Aujourd’hui, le gouverneur de la Banque du Canada, M. Stephen S. Poloz, a accueilli des étudiants et des enseignants au Musée de la Banque du Canada à l’occasion du lancement de L’argent et la politique monétaire au Canada. Cette ressource en ligne à l’intention des éducateurs a été élaborée par la Fondation canadienne d’éducation économique (FCEE), en étroite collaboration avec le personnel de la Banque. Elle aborde, en langage simple et à l’aide d’exemples concrets, des sujets comme l’utilisation et l’évolution de l’argent, le fonctionnement du système financier, le rôle de la banque centrale et l’établissement des taux d’intérêt.

La Banque du Canada lance L’Économie claire et simple

La Banque du Canada a lancé aujourd’hui une nouvelle publication numérique pour aider les Canadiens à mieux comprendre l’économie. L’Économie claire et simple présentera régulièrement des articles éducatifs sur des questions économiques actuelles, rédigés en langage simple et contenant des éléments visuels accrocheurs afin d’expliquer des concepts complexes de façon simple. Elle portera aussi sur des sujets liés aux grandes fonctions de la Banque du Canada.

« Cette initiative est la plus récente d’une série de mesures importantes prises par la Banque pour communiquer de façon plus claire avec les Canadiens, a déclaré le gouverneur Stephen S. Poloz. En plus de notre musée et de notre site Web hors pair, la nouvelle publication aidera les Canadiens à mieux comprendre l’économie et le rôle de la Banque. Résultat : la population sera ainsi outillée pour prendre des décisions financières plus éclairées et nos politiques seront plus efficaces. »

Le Canada saisit les occasions offertes par la transformation numérique, selon le gouverneur Poloz

Les Canadiens saisissent les occasions offertes par la diffusion des technologies numériques, selon ce qu’a déclaré le gouverneur Stephen S. Poloz dans un discours prononcé aujourd’hui. Les travailleurs des secteurs touchés par la transformation numérique ont certes besoin d’aide pour s’adapter, mais les nouvelles technologies présentent des avantages indéniables.

« Le numérique se diffuse rapidement au sein de l’économie canadienne, ce qui favorise la croissance de toutes sortes de secteurs », a indiqué le gouverneur Poloz devant le Conseil économique des provinces de l’Atlantique et la Chambre de commerce du Grand Moncton.

La Banque du Canada lance un appel à candidatures pour son Programme de bourses de recherche de 2019

La Banque du Canada invite les universités canadiennes à soumettre la candidature de chercheurs exceptionnels pour la Bourse de recherche et la Bourse du gouverneur de 2019. Remises chaque année, ces bourses soulignent et soutiennent le travail de chercheurs qui contribuent de manière exemplaire à la recherche économique et financière au Canada.

Comme les banques centrales ne peuvent s’en tenir aux théories traditionnelles en matière de politique monétaire, le Programme de bourses de recherche a pour but de favoriser l’excellence en recherche dans un large éventail de domaines liés aux grandes fonctions de la Banque : Politique monétaire, Système financier, Monnaie et Gestion financière. Le Programme favorise aussi la collaboration entre le personnel de la Banque et d’éminents chercheurs d’établissements d’enseignement postsecondaire canadiens.

Le point sur la résilience de l’économie canadienne

Je suis heureuse de visiter Regina en ces derniers jours d’été. J’aimerais d’abord remercier Chris Dekker, du Saskatchewan Trade and Export Partnership, de m’avoir invitée à vous parler de l’évolution de l’économie canadienne et de l’annonce faite hier par la Banque du Canada concernant son taux directeur.

Dans l’ensemble, l’économie mondiale se porte bien, malgré certaines préoccupations quant aux échanges commerciaux. Dans de nombreux pays, l’économie continue de croître et de remettre les chômeurs au travail. Au Canada, l’économie s’avère résiliente : elle tourne près des limites de sa capacité depuis un an, et ce, pour la première fois depuis la crise financière mondiale.

La semaine prochaine, dix ans se seront écoulés depuis la faillite de Lehman Brothers, et il aura fallu beaucoup de hauts et de bas avant de retrouver une croissance soutenue. Après la crise, la Saskatchewan a également été frappée par la chute des cours du pétrole qui s’est amorcée en 2014 et le recul des prix de nombreux autres produits de base. La croissance économique de la province a repris l’an dernier, et il fait bon voir qu’elle se poursuit.

La transparence renforce la confiance du public et rend la politique monétaire plus efficace, selon le gouverneur Poloz

Une politique monétaire transparente peut aider à acquérir la confiance du public et des marchés financiers, et favoriser la résilience de l’économie, a déclaré le gouverneur Stephen S. Poloz dans un discours aujourd’hui.

« Nos communications avec le grand public peuvent gagner encore en clarté », a dit le gouverneur devant les membres de la Chambre de commerce du Grand Victoria. « Et, toujours guidés par ce que nous savons et ignorons, nous serons aussi clairs que possible avec les marchés financiers. »

M. Poloz a fait valoir que, dans le cadre de son régime de ciblage de l’inflation, la Banque a progressivement pris de nombreuses mesures pour communiquer de manière plus transparente, ce qui lui a permis d’accumuler un important capital de confiance.

La Banque du Canada établit un partenariat avec Creative Destruction Lab afin d’enrichir ses connaissances des nouvelles technologies

La Banque du Canada a annoncé aujourd’hui qu’elle établissait un partenariat avec Creative Destruction Lab (CDL) dans le but d’enrichir ses connaissances des technologies de pointe.

Ce partenariat découle du plan à moyen terme 2019-2021 de la Banque, qui est axé sur une meilleure compréhension de l’économie numérique et de la transformation technologique des services financiers, et sur le recours accru à l’innovation dans l’exercice de ses activités de banque centrale.

Plus précisément, grâce à cette entente avec CDL, la Banque se tiendra à la fine pointe des tendances dans les domaines de l’intelligence artificielle, de l’apprentissage automatique, des technologies relatives aux cryptoactifs et de l’informatique quantique. L’institution sera un partenaire dans le cadre du volet consacré à l’intelligence artificielle, et ce, pour une période de trois ans au cours de laquelle elle collaborera avec les pôles de CDL à Toronto et à Montréal. Pour le personnel de la banque centrale, ce partenariat représente une occasion de mieux comprendre ces technologies et leurs applications. De plus, la Banque compte tirer parti du programme qu’offre CDL en invitant les experts participants à venir transmettre leur savoir à ses employés.